Publié par Un commentaire

Mikeal Jestin le peinteur

Mikeal Jestin et les canards sauvages

J’aime que des mots accompagnent les images. J’ai été gâté vendredi soir : Michel Jestin (qui a pris Mikeal pour prénom de « peinteur ») commentait son exposition à Plougastel. Mikeal Jestin peint ce qu’il appelle des « Taolennoù », clin d’œil malicieux à la tradition — assez récente — des tableaux de mission. Il y promène des personnages

bigoudène cultivée, peinture de Mikel Jestin fabuleux et familiers à la fois. Il n’y mâche pas ses allégories. Ses tableaux sont faits pour édifier à l’irrévérence et la subversion mais on voit bien qu’il sont pétris de tendresse et de respect infini pour ses personnages pauvres humains.

Mais écoutons-le plutôt introduire deux de ses tableaux.

Les canards sauvages (photographie ci-dessus) :

“Les enfants du bon Dieu ressemblent aux canards sauvages, finalement : ils se mettent des couleurs, ils friment, ils paradent. Ici, ce ne sont pas n’importe quels canards — c’est du canard de parade —  il n’y en a pas deux pareils, ils sont un petit peu ridicules comme nous les humains, sympathiques en même temps, ils font un effort pour être bien jolis et présentables. Et comme ça, pssshhiiit, ils traversent la vie.”

Sant Jestin
Mikeal Jestin et sant Jestin, saint très nul

“Jestin en breton, c’est un prénom. Sant Jestin a sa chapelle dans le Trégor, j’avoue que je ne l’ai pas trouvée. Sant Jestin, il ne lui est rien arrivé, on n’en parle jamais, donc je pense que c’est un saint qui n’a jamais réussi à faire de miracle. Il foirait. Très sympathique, tout le monde allait le voir quand même. Ici, il tente le miracle sur un paralytique, sous les yeux de Lucifer, témoin ironique et de la population qui n’y croit pas. Un saint nul, sympathique, mais tout de même très nul.”
Sant Jestin, peinture de Mikeal Jestin

(Ci-dessus à gauche, la savoureuse « Bigoudène cultivée »)

Mikeal se dit peinteur plutôt que peintre. Peinteur, ça n’est pas un vrai Peintre, c’est un gars qui fait des images. Moins bien que peintre, mais tout de même louable. Mouais. Est-il alors aussi écriveur, théâtreur, rimailleur, auteur ? Tiens,  auteur, ça marche. Ah ben voilà. Et conteur, ça marche aussi : Michel Jestin invente une manière de conter en images. Invente ? Oui, oui, invente, car ni les images d’Épinal ni les taolennoù début de siècle n’avaient cette verve, ce détachement, cette profondeur.

Exposition : à l’Avel Vor, à Plougastel-Daoulas, du 4 avril au 15 mai 2009, entrée libre du mardi au vendredi 9h-12h, 13h30-18h.

Une réflexion au sujet de « Mikeal Jestin le peinteur »

  1. […] de ma visite à l’exposition des Taolennoù de Mikeal Jestin à Plougastel, j’ai poussé jusqu’à la grève de Porz-Gwenn, que je ne connaissais […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.