Publié par 4 commentaires

Le mystère des longues-vues à pièces

à Sainte-Marine, face aux Glénan

Les longues-vues à monnayeur installées sur la côte m’ont toujours intrigué.
Enfant, on a tous essayé de regarder dans un de ces mystérieux appareils. Les plus chanceux d’entre nous ont eu le privilège de le faire en vrai, avec une pièce de monnaie. On n’y voyait rien, bien sûr, surtout quand, de trop petite taille, maintenu à hauteur par une grand-mère de bonne volonté mais à l’équilibre hasardeux, on n’arrivait pas à caler son œil avec la tache lumineuse qui se baladait au fond de l’oculaire. Il fallait se dépêcher, la minuterie sans pitié ne cessait de ronronner que ça allait bientôt être fini. Et ça y est, c’était fini. On n’avait rien vu de la mer promise.
Excepté ces scènes enfantines déprimantes, je n’ai jamais vu personne regarder sérieusement dans ces longues-vues qui, depuis, se sont vues offrir un design galactique et une supposée vision binoculaire. Quelle entreprise, quel investisseur peut espérer rentabiliser une installation que je suppose coûteuse avec les quelques pièces d’un euro que des grand-mères inexpérimentées céderont, une fois seulement, à leurs marmailles capricieuses ? Qui autorise de tels scellements sur les plus beaux sites du monde ? C’est le mystère des longues-vues à pièces.
Et pourtant, je les aime, elles sont un de mes sujets de prédilection. Je les aime parce que, dérisoires devant l’infini, inutiles au premier plan, elles mettent en valeur, par contraste, la vérité du paysage.

Les photos : ci-dessus, à la pointe de Combrit Sainte-Marine, à l’horizon on aperçoit les Glénan (cliquez sur les images, vous pourrez zoomer et vous y déplacer à volonté).

Ci-dessous : une autre vue de cette même longue-vue… quelque peu délaissée.

Encore en-dessous : un magnifique spécimen rouge grenat orne l’entrée du golfe du Morbihan à Port-Navalo, et une longue-vue à l’ancienne, qui paraît presque sympathique, pointe sur l’estacade du port de Roscoff, qui sert d’embarcadère pour l’île de Batz à marée basse.

à Sainte-Marine, face aux Glénan

à Sainte-Marine, face aux Glénan

Une longue-vue old style à Roscoff

4 réflexions au sujet de « Le mystère des longues-vues à pièces »

  1. Bonjour, en fait j’essaye de trouver un de ces appareils qui sont remplacés par du neuf.
    Auriez vous une idée d’ou chercher?

  2. […] PS. Pour en savoir davantage sur le mystère des longues-vues à pièces, lisez cet article sur le blog. […]

  3. […] (Lire sur ce blog Le Mystère des longues-vues à pièces) […]

  4. […] pas ma surprise de constater que l’antique longue-vue à pièce, que je vous montrais dans mon article posté hier, celle qui était à droite de l’estacade, a été remplacé par un futuriste modèle […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.